La sophrologie : une réponse à la prise en charge des souffrances psycho-émotionnelles liées à la situation de confinement

 

La situation de confinement et ses suites peut provoquer des états de souffrance psychique et psychologique non négligeable. Aussi, à titre préventif, la sophrologie est l’un vos meilleurs alliés !

 

Prévenir, traiter, protéger soi-même et ses proches.

 

La sophrologie en quelques mots …

La sophrologie est une technique naturelle de santé psychocorporelle. Elle peut être utilisée comme une technique thérapeutique ou une philosophie de vie. Conçue par le neuropsychiatre espagnol Alfonso CAYCEDO en 1960. Il s’agit d’une méthode complète et complémentaire à une prise en charge psychologique. La sophrologie, prend place dans un contexte de prévention des risques psychosociaux, d’hygiène de vie et de bien-être global psychologique et physique.

Ainsi, les bases de la sophrologie sont enrichies de différentes techniques qui sont aussi bien d’origine occidentales :

  • Les méthodes d’hypnose.
  • La psychologie.
  • La relaxation progressive de Jacobson qui se base sur le relâchement des tensions musculaires.
  • Le training autogène de Schulz qui invite à l’autorelaxation par la suggestion.
  • La méthode Coué basé sur la pensée positive.

Qu’orientales :

  • Le yoga basé entre autres sur la stimulation de la respiration et le relâchement musculaire.
  • Le bouddhisme et ses bases de réflexion positive.
  • La phénoménologie, avec l’apprentissage du nom jugement.
  • Le zen qui est la pratique de la méditation.

En outre, l’idée est de traiter ses maux en pleine conscience et de devenir acteur de son bien-être et de sa santé.

En effet, de son fondateur Alfonso CAYCEDO, le mot « sophrologie » désignait à l’origine les techniques d’hypnose utilisées en milieu hospitalier par les psychiatres. Elles permettaient aux patients de prendre conscience de leurs états. De les rendre acteurs dans leur traitement.

Par la suite, la sophrologie a été reconnue comme un outil puissant de développement personnel et de gestion de la condition mentale. Par ailleurs, elle a été approuvée au niveau gouvernemental. En effet, la sophrologie s’intègre parmi les Méthodes Alternatives et Complémentaire dites « MAC » dans le plan gouvernemental de 2006 à 2010 pour la prise en charge de la douleur physique et de la souffrance psychique.

 

De la sophrologie pour traiter les troubles psycho-émotionnelle liés à la situation de confinement et de déconfinement ?

La sophrologie peut être utilisée pour prévenir les risques psychosociaux et les situations de détresse psycho-émotionnelles qui sont nées :

  • De situations existantes avant le confinement, et que l’environnement de confinement a accentué.
  • De situations et événements liés à la situation de confinement.
  • Des situations et événements liés à la situation de déconfinement ou toutes les autres situations liées au post-confinement.

Les risques psychosociaux sont les risques encourus pour la santé mentale et physique d’un individu. Les causes proviennent généralement des conditions d’emploi, l’organisation du travail, des relations au travail, des conditions de vie personnelles, de l’environnement social et familial.

En outre, ces risques engendrent certains symptômes tels que : le stress, la fatigue, l’anxiété, dépression. Et entraîne une dégradation de la santé mentale et physique car les deux sont liées.

La sophrologie peut s’avérer ici très efficace dans le cadre d’un accompagnement choisi et complémentaire à d’autres mesures de soin psychologique. La combinaison d’une approche consciente et inconscient peut s’avérer nécessaire.

En effet, la sophrologie va travailler sur le conscient tandis que la psychologie va travailler sur l’inconscient. La prise en charge sur le plan sophrologique se fait de manière consciente. Le consultant prend conscience de son fonctionnement. Il est invité à lâcher prise. Pour cela, la sophrologie va utiliser le fonctionnement du cerveau humain pour agir positivement sur le corps.

Le saviez-vous ? Le cerveau humain ne fait pas la différence entre ce qu’on se dit et la réalité. Peu importe où vous vous trouverez et votre position. Si vous pensez à un souvenir triste vous serez triste. Et inversement si vous pensez à un souvenir heureux vous vous sentirez heureux.

 

Pourquoi consulter un(e) sophrologue ?

La sophrologie est un outil thérapeutique et de développement personnel. Le consultant doit s’engager volontairement dans la recherche d’une solution destinée à traiter son problème.

En ce sens, à titre indicatif, il est possible de consulter un/une sophrologue pour les raisons suivantes :

  • Gestion des émotions : stress, anxiété, angoisse.
  • Évacuer et apprendre à gérer les tensions physique et psychique.
  • Concrétisation d’un objectif de vie : gestion du mental en période d’examen, de pression, de compétition sportive, optimiser les performances sportives
  • Bien-être : prévenir le burn-out, pratiquer la relaxation, pratiquer la méditation, accompagner les états de grossesse, accompagner les changements de vie généraux (naissance, vieillesse et maladies) de fatigue chronique, trouble et qualité du sommeil, gérer les comportements alimentaires.
  • Travailler le développement personnel : reprendre confiance en soi, savoir s’imposer, avoir la posture du poste qui vous est assigné, parler en public plus aisément, développer des capacités relationnelles.

 

Que se passe t’il durant une première séance de sophrologie ?

Une séance de sophrologie dure en moyenne 60 minutes. Durant cette séance, le consultant est appelé « sophronisé ». D’abord, lors de la première séance vous réaliserez une anamnèse. Il s’agit d’un moment d’échange avec le/la sophrologue. En fait, c’est un temps destiné à collecter des informations personnelles voir médicales qui permettront au sophrologue de construire et de faire évoluer avec le sophronisé un parcours d’accompagnement selon son besoin. Par exemple, il peut s’agir d’informations sur l’objet de votre, visite, l’état de santé générale, l’éventuel suivi médical, votre environnement social et familial, la qualité de votre sommeil, vos intérêts …

A l’issue de l’anamnèse, vous aurez défini avec le/la sophrologue les objectifs d’accompagnement et éventuellement de suivi. Mais également, un contrat oral thérapeutique. Il intègre en général, une certaine régularité des séances. A raison d’une fois par semaine en générale. La régularité engage et favorise la prise de conscience.

 

Et pour les autres séances ?

Une fois votre parcours d’accompagnement en place, vous serez invité à réaliser des exercices de relaxation dynamique. Bouger fait du bien !

La sophrologie se compose de trois degrés d’exercices de relaxation dynamique :

  • Le premier degré améliore la concentration et la perception de son corps.
  • Le second degré renforce l’image de soi.
  • Le troisième degré initie à la méditation.

Aussi, plusieurs exercices de relaxation dynamique s’inspire du YOGA et utilise les techniques de respirations.

 

Comment choisir un(e) bon(ne) sophrologue ?

D’abord, choisissez de préférence un(e) sophrologue certifié(e). Ou de se fier à des recommandations sérieuses. Les sophrologues ont souvent des formations pluridisciplinaires et complémentaires pour répondre aux besoins des consultants.

Il peut s’agir par exemple de formations types : éducateur de santé, psychologie clinique, psychopathologie, aromathérapeute.

L’intérêt est en général de pouvoir fournir un accompagnement global qui tient compte de la sphère consciente et inconsciente.

Ensuite, votre choix va devoir s’orienter sur votre besoin.

Êtes-vous à la recherche de solution de bien-être, de développement personnel, d’un accompagnement psychique / psychologique sur une problématique précise ?

Voici un ensemble d’éléments sur lequel vous devez vous mettre au clair avant de booker votre rendez-vous.

 

Sources :

 

Leave a Reply